Le carnet de santé de mon enfant

Super héros

Que faire du carnet de santé de mon enfant

quand je suis séparé(e) avec son père ou sa mère ?

La séparation conjugale entraîne plusieurs changements dans l’organisation familiale et invite chacun des parents à échanger les informations nécessaires au bien être de leur enfant.

Le carnet de santé est un support essentiel pour celui-ci. Rappelons que ce document est établi au nom de l’enfant et contient les informations médicales nécessaires au suivi de sa santé jusqu’à ses 16 ans. Son utilisation est réservée aux professionnels de santé et sa consultation soumise à l’accord des parents. Il est remis aux parents ou aux personnes titulaires de l’exercice de l’autorité parentale ou aux services à qui l’enfant a été confié.

La chose étant dite, qui va en être détenteur lorsque les parents vivent séparément et comment celui-ci va-t-il être rendu disponible à chacun des parents ?

Certains décideront de mettre ce carnet dans le sac de l’enfant à chaque fois qu’il se déplace chez son autre parent. D’autres parents n’y ont pas vraiment réfléchi ou se trouve démuni. Enfin, certains choisiront de le conserver sans jamais le remettre à l’autre parent. Les remarques sont nombreuses et diverses   :

« Mon enfant n’a pas de carnet de santé lorsqu’il vient chez moi »

« Il (elle) ne me rend jamais ce que je mets dans le sac du petit – Il (elle) perd tout »

« Il (elle) ne s’est jamais occupé(e) de sa santé »

« Je ne suis pas sûr(e) de ce qu’il (elle) en fait »

« Je n’ai absolument pas confiance »

« C’est moi le seul (la seule) responsable de notre enfant »

Dans l’exercice conjoint de l’autorité parentale, un JAF (Juge aux Affaires Familiales) peut ordonner que celui-ci soient remis par chacun – père ou mère – à l’autre parent dès que l’enfant passe d’un foyer à l’autre.

En effet, il peut y avoir préjudice réel quand l’enfant se blesse et/ou a besoin de soins médicaux, chirurgicaux d’urgence. Que faire alors quand l’autre parent n’est pas joignable, ne décroche pas le téléphone ou quand des informations régulières n’ont pas été échangées au sujet de l’enfant ? Et là encore, la traçabilité est parfois essentielle pour l’enfant au-delà des paroles et de la mémoire parentale.

Dans quel espace pourrez-vous échanger entre parents sur ce sujet sensible ? Au TGI (Tribunal de Grande Instance) en quelques minutes, par téléphone ou par boite vocale interposée?

L’espace de médiation familiale est le lieu qui permet aux parents de redonner du sens à l’accompagnement parental sur des points aussi divers que celui-ci. Retrouver sa place de père, de mère, comprendre ce qui fait obstacle, trouver ensemble une solution pérenne, définir la ou les modalités d’accompagnement, décider ensemble autour de leur enfant…

Pour cela, vous avez besoin de :

  • Vous faire confiance avant même de faire confiance à l’autre parent
  • Regarder aux besoins de votre enfant même quand il n’est pas avec vous
  • Chercher à dialoguer même quand on a cette forte impression de ne jamais pouvoir y arriver
  • Œuvrer pour trouver la bonne solution.

Une ou des solutions peuvent alors émerger pour le bien-être de l’enfant.

Par exemple, des parents photocopient les pages clés du carnet de santé (ex : pages de vaccinations), les remettent à l’autre parent, pensent à leur mise à jour… D’autres rédigent une autorisation d’intervention médicale ou chirurgicale afin que leur enfant puisse bénéficier des soins nécessaires en leur absence. Ils mettent en œuvre simplement, avec efficacité, le principe d’autorité parentale conjointe. Chacun se sent alors soulagé et constructif.

Mais, avant cela, il sera bon d’entendre et de s’entendre. Assurément, l’espace de médiation permet de réfléchir profondément au sens propre et figuré du verbe ‘s’entendre’ !

Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende !

0 Comments