Médiation familiale et Nouvelle année

shutterstock_328806932

 

Qu’en est-il de cette période de fêtes que nous sommes en train de vivre les uns et les autres ? Les 25 et 31 décembre sont loin d’être des dates neutres. Elles sont attachées à tout un ensemble de notions cultuelles, culturelles et festives. Chacune de ces journées activent pour beaucoup des représentations, des préparations, des questionnements et n’oublions pas des émotions et des souvenirs.

De fait, à l’apparition des premiers jours de décembre ou parfois avant, certains iront à la rencontre d’un Médiateur familial :

« J’ai besoin de savoir qui aura les enfants entre le soir de réveillon et le jour de Noël, comment faire avec mon ex ? »

« Je souhaite voir mes petits-enfants à Noël, vous pouvez m’aider ? »

« Sur le jugement, il est marqué que nous avons à répartir chaque période de vacances en deux, mais avec nos familles recomposées, comment fait-on à Noël ? »

« C’est urgent, j’ai besoin de savoir si je peux les prendre à Noël car nous récupérons l’ado de ma nouvelle compagne et je veux que tout le monde soit là dimanche 25 ? ».

Lors de cette période, le parental et le grand-parental sont très souvent ‘stimulés’. L’organisation peut en faciliter la traversée.

Mais si tout était contenu dans le mot ‘organisation’, on le saurait !

L’espace de Médiation familiale peut permettre aux parents et/ou grands-parents de se questionner ensemble et de définir les contours de leurs relations et de leurs liens. Le Médiateur familial accompagne chacune des personnes dans la parole et l’échange constructif pour trouver un sens commun afin d’aborder, entre autres, des périodes comme celles-ci.

Cependant, tout n’est pas affaire de parental. Cette période peut activer ou réactiver la réflexion sur le couple conjugal :

« Revivre une année de plus comme celle-ci… En ai-je envie ? »

« Je ne supporte plus sa famille qui, à chaque Noël, me balance le fait que je ne veuille pas d’enfant »

« Comment lui dire que je ne vois plus d’avenir pour notre couple ? »

En effet, la nouvelle année serait comme un nouveau départ, l’expression d’un renouveau et surtout d’un positionnement officiel. Les vœux du 31 décembre sont d’ailleurs très révélateurs de cette période chargée de désirs et de résolutions pour soi et pour les autres :

« C’est promis demain, j’arrête de fumer ! » ou « Bonne année, bonne santé !».

Chacun y va de ses petites phrases clés plus ou moins novatrices et/ou rafraîchies.Voilà une année toute neuve, prête à se remplir de nouvelles perspectives où tout semble dorénavant possible. Il s’agit de ne pas s’engager sur les mêmes chemins ou dans les mêmes fonctionnements.

Janvier, le téléphone sonne. Le Médiateur familial décroche et pose sur son agenda le nom de ou des personnes qui souhaite(ent) s’informer sur la Médiation familiale ou d’emblée la ‘saisir’ comme le moyen de se poser, réfléchir à un avenir pas nécessairement tracé et si clair.

Tenter alors d’énoncer et définir cet avenir entre conjoints, compagnon/compagne, devant un tiers neutre et impartial est une démarche riche de sens et de sagesse.

La Médiation familiale est à votre service dans sa pleine confidentialité.

 

AT-Prov. 24.14

Connais la sagesse pour le bien de ton âme ; Si tu la trouves, il y a un avenir et ton espérance ne pourra pas être brisée.

 

 

 

 

 

0 Comments